Chargement

Informations

François Martig, artiste sonore, vous invite à contribuer à une chronique du quotidien en temps de COVID19.

Débuté en résidence pour Faire communs, Parcours d’art contemporain en vallée du Lot (F) produit par le MAGCP, centre d’art et résidence à Cajarc, François Martig a mis en place une ligne téléphonique au numéro unique avec un répondeur : (+33) (0)5 36 08 01 52. Le temps de résidence et le Parcours sont terminés néanmoins le répondeur continue suite au succès de ce projet et à la qualité des messages laissés. Le répondeur de « Nos récits n’ont pas de prix » reste donc ouvert afin d’accueillir vos messages.

Le « vivre ensemble » a été malmené par le confinement dû à la crise sanitaire et par le dé-confinement et cette volonté de certains pour un retour à l’A-normal. « Nos récits n’ont pas de prix » est un projet artistique est une incitation à la parole et à la subtilité de nos vies. Un véritable journal de confinement puis de dé-confinement ne vaut d’exister que s’il permet de saisir le social. C’est dans les récits laissés sur ce répondeur, messages bruts et brefs où les réflexions profondes, sans aucune hiérarchie ni sélection à posteriori, que l’hétérogénéité existera et laissera à l’autre une place pour exister. « Ces bouteilles à la mer, surgies d’ici ou de plus loin, seront des récits vivants. »

Ces témoignages, anonymes ou non, enregistrés sur répondeur ont été diffusés pour la première fois dans le ciel étoilé du « triangle noir » du Parc Naturel Régional des Causses du Quercy, le ciel le plus noir de France, exempt de pollutions lumineuses… Ainsi il s’agit d’une réappropriation de notre ciel étoilé au temps où ce ciel nocturne est menacé par la multiplication des éclairages artificiels mais aussi notamment par le projet capitaliste Starlink*.

« Nos récits n’ont pas de prix » est donc un moyen citoyen de dire à travers l’art que nous sommes vivants et attentifs à notre monde.

Les futures diffusions seront annoncées sur cette page.

 

 

 

*En ce moment, nous avons au-dessus de nos têtes plus de 4.000 satellites artificiels, dont une moitié est en activité. Météo, télécommunications, GPS, outils scientifiques et militaires, le nombre de ces objets augmente de manière exponentielle depuis les années 2010. Starlink, le projet de réseau internet très haut débit à couverture mondiale développé par l’entreprise SpaceX du milliardaire Elon Musk (Tesla), prévoit d’expédier dans l’espace jusqu’à 42.000 nouvelles ferrailles technologiques dans les années qui viennent. Contrairement aux satellites lancés par les différentes agences spatiales, objets uniques et coûteux, dont le développement prend des années, les satellites de Starlink sont des choses jetables, produits industriels de masse, peu chers et relativement faciles à fabriquer, comme les smartphones auxquels ils sont dédiés.

plus d’infos sur Starlink

 

mentions légales